top of page

À PROPOS DE NOUS

"J'ai été sauvé dans un but précis. Je sais que Dieu veut que je sois ses mains et ses pieds pour montrer sa bonté dans ce monde brisé." -Bosco


Vision
&Valeurs

« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc faire de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai commandé. Et sûrement, je serai toujours avec vous, jusqu’à la fin des temps.- Matthieu 28v18-20


Dans Matthieu 28 :18-20, Jésus a envoyé ses disciples partout dans le monde pour faire de toutes les nations des disciples. Le but final de toutes nos actions est de voir  les gens suivent Christ et atteignent le potentiel que Dieu leur a donné physiquement et spirituellement. Nous avons actuellement les objectifs stratégiques suivants :

  1. Renforcer les interventions de formation de disciples dans les communautés de Ciya, Bubanza et Murwi, Cibitoke.

  2. Soutenir les communautés de Ciya, Bubanza et Murwi, Cibitoke dans l'augmentation de la production agricole et des microentreprises.

  3. Promouvoir la bonne santé, les bonnes pratiques d’hygiène au sein des communautés bénéficiaires.

  4. Aider les jeunes scolarisés à poursuivre leur scolarité.

  5. Renforcer l’évangélisation et la formation de disciples dans les écoles et les universités.

  6. Renforcer le partenariat avec les églises locales.

  7. Renforcer les capacités de gestion de la CIJ pour mener à bien son travail.

Arrière-plan

La CIJ a été fondée par Jean Bosco Mutebutsi, un jeune homme qui a perdu ses parents, ses frères et sœurs lors de la guerre civile de 1993, à l'âge de 7 ans. Il sait de première main ce que c'est de vivre un traumatisme et d'être orphelin, où l'on peut souvent éprouver un sentiment intérieur de rejet. , ainsi que l'expérience de la solitude, du désespoir, du manque de paix et des pensées de vengeance envers les tueurs.

 

Mais en 2002, Bosco a rencontré Dieu et a donné sa vie au Christ, là où toute son histoire a changé ! Il sentait que Dieu était un père aimant et qu'il se souciait de son avenir. Bosco dit : « Je crois que j'ai été sauvé dans un but précis. Je sais que Dieu veut que je sois ses mains et ses pieds pour montrer sa bonté dans ce monde brisé.

Il a ensuite fondé l'ICJ en 2012 (anciennement J-Life), qui cible les communautés vulnérables et marginalisées avec l'Évangile du Christ et le discipulat en collaboration avec l'Association des jeunes. églises locales. Les populations cibles étant démunies, nous les accompagnons dans une démarche d'autonomisation et d'autogestion à travers la promotion des activités locales telles que l'agriculture et la gestion de l'élevage, l'amélioration des conditions de vie (logement, santé) ainsi que la scolarisation des enfants afin pour sortir ces communautés du cercle vicieux de la pauvreté. Nous intervenons également dans les lycées et les universités pour promouvoir le discipolat et le leadership basés sur les principes bibliques.

Bosco Danella David.jpg
TeamPortraits3.jpg

Kwizera Aaron

Je suis burundaise, célibataire et titulaire d'une licence en sciences économiques et gestion. Je représente la Fondation CIJ. J'aime Dieu et la création.

rudigi.jpg

Rudigi Jean de Dieu

Travailleur de terrain - Ciya

Diomède Nkunzimana

Je m'appelle Diomède Nkunzimana. Je suis marié à Dieudonnée Karikera et nous avons un fils. Je travaille à la Fondation ICJ en tant que responsable de la Ligue biblique et du programme de formation de disciples.

Anicet.jpg

Irakaza Anicet 

Travailleur de terrain - Ndava

IMG_7399.JPG

Oswald Rukundo

Je suis burundais, marié et père de trois enfants. J'ai un baccalauréat en sciences de l'éducation - spécialisé en langue anglaise ​et en littérature. Je travaille pour la fondation CIJ en tant que responsable administrative et communication.

elias.jpg

Ciza  Élias

Travailleur de terrain - Murwi

TeamPortraits4.jpg

Raïssa Niyungeko

Je suis burundais, marié et j'ai 2 enfants. Je travaille pour la fondation CIJ en tant que responsable du programme de parrainage d'enfants qui vise à aider les enfants vulnérables dans les communautés.

Conseil
de
administrateurs

Lydia Gakoko

Président du conseil d'administration

Kantungeko Tharcisse

Nsabiyumva Michel

Niyimbonera Claudine

IMG-20231121-WA0000_1.JPG

Lydia Gakoko

Président du conseil d'administration

Kantungeko Tharcisse

Nsabiyumva Michel

Niyimbonera Claudine

IMG-20231121-WA0001_1.JPG
IMG-20231121-WA0002_1.JPG

Lydia Gakoko

Président du conseil d'administration

Kantungeko Tharcisse

Nsabiyumva Michel

Niyimbonera Claudine

Lydia Gakoko

Président du conseil d'administration

Kantungeko Tharcisse

Nsabiyumva Michel

Niyimbonera Claudine

Rencontrer l'équipe

Burundi

FAITS MARQUANTS

  • Population : 11,9 millions d'habitants

  • 2ème nation la plus pauvre du monde 

  • Le pays le plus affamé au monde

  • 300 000 morts dans la guerre civile

  • 73 % gagnent moins de 1,90 $ par jour

  • 4,6 millions de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire.

  • Moins de 2 personnes sur 100 ont l’électricité

  • Il n’y a qu’un médecin pour 34 744 habitants.

  • Seul un enfant sur deux va à l’école.

  • 400 000 personnes ont fui le pays en 2016

  • Un adulte sur cinq est atteint du SIDA.

  • Populations urbaines/rurales — 13 % / 87 %

  • Origine ethnique : Hutu 85 %, Tutsi 14 %, Batwa (« Pygmées ») 1 %

  • Espérance de vie 61,6 ans

  • Âge médian : 17 ans

  • Malnutrition infantile (moins de 5 ans) 54% 

*SOURCES: Worldometers.info / UN Development programme / MinorityRights.org / Worldpopulationreview.com / World Bank / CIA

BatwA

Les Batwa (Pygmées) sont une tribu autochtone marginalisée et pour la plupart non atteinte au Burundi. À l’origine, ils vivaient dans les forêts en tant que chasseurs-cueilleurs, mais ont depuis été chassés en raison de la protection de ces écosystèmes délicats.

Étant déplacés et n’ayant pas de terre propre, les Batwa sont devenus victimes d’une extrême pauvreté. Ils sont connus pour fabriquer des pots en argile, un moyen de gagner un revenu pour survivre. 

Les Batwa ont désespérément besoin d’aide spirituellement et physiquement pour sortir du statut de classe marginale de la société. Nous travaillons avec toute une communauté Batwa à Murwi, Cibitoke, où nous voyons des vies transformées et les cycles de la pauvreté brisés.

IMG_3096.JPG
Bosco Story

Bosco's story

On 29th October 1993, a week after the President of Burundi had been assassinated. The whole country was experiencing bloodshed, and Bosco’s area was no exception. He was a timid 7-year-old, sheltering in a house with a number of his extended family. His father and elder sister fled into the swamp at 4am, having heard that the killers would shortly arrive. His Mother had swollen legs and couldn’t flee, and in any case they all thought that women and children would be left alone. But no. 

 

At 5am, the killers arrived and tried to break down the front door. In the ensuing panic, everyone inside fled out of the back door, but people with bows and arrows were waiting there for them. Of the fifteen children, only three escaped. All five adults were killed. Bosco was one of the three to break through the cordon and make it to the bush. 

After an hour, in the quiet, he crept back with his sister to try to find his Mother. There she lay, still alive, with both arms and legs hacked off. He hugged her and wept, and then begrudgingly left her to die as the killers were still nearby and she was beyond hope. He was her last born, and didn’t want to leave her side, but there was no choice. They had to try to get to the nearest church to relative safety. Meantime (and he only discovered it two weeks later), his father had also been killed. 

 

They went to a friend’s house from the other tribe – even in the darkest moments, goodness was to be found. This man was willing to put himself in danger by trying to rescue them. He told them that the following morning the killers would burn down the forest to flush out those still hiding, so he told them to return to the bush and be ready before dawn, when he would guide them to safety. 

 

Early the next morning, he led Bosco and Bosco’s sister through the mist. She thought he was going to betray them, so at one stage she refused to follow. Bosco had to obey her and it was a mistake, because they soon came across a gang of killers, who were resting on the verandah of a house. When the killers saw Bosco, they rushed into the house to pick up their machetes, and then chased them. Bosco and his sister literally ran for their lives, reaching the Catholic church just fifty yards in front of the fastest-running killer. Belgian priests took them in and nursed them until safe passage to the capital could be arranged. 

In 2002 Bosco gave his life to Christ. He was attending a boarding school where he was discipled by mature Christians who were fellow students. Whilst still a school boy Bosco was aware of God’s calling upon his life.

 

He states, “I believe that I was rescued for a purpose. I know that God wants me to be his hands and feet to show his goodness in this broken world.” 

 

After graduating from secondary school, Bosco joined Youth for Christ. It was here that God expanded and affirmed his calling. 

 

Bosco later left Youth for Christ to found Igniting Communities for Jesus (ICJ) Burundi. ICJ reaches out to the most vulnerable communities, widows and orphans, sharing the word of Christ and providing practical support. ICJ helps construct brick homes, teaches literacy, numeracy and farming skills and helps initiate microenterprises. Through initiatives such as the porridge programme, malnourished children regain physical strength and a renewed enthusiasm for life. One mother spoke of how she witnessed her children being ‘resurrected’ after they attended the ICJ community centre at Ciya. 

 

Bosco is also GLO’s Burundian National Director. He is married to Danella and they have two young sons, David and Joshua.

4.jpg
bottom of page